mercredi, juin 20, 2007

Un coup de feu mortel...il y a 500 ans

Photo : EFE (Elena Goycochea © 2007 National Geographic/Puruchuco-Huaquerones Archaeological Project)


Des archéologues péruviens ont découvert pour la première fois le squelette d’un Inca tué par balle à l’époque de la conquête espagnole.


C'est la première victime des armes à feu espagnoles jamais trouvée en Amérique, selon les archéologues péruviens qui ont découvert dans un ancien cimetière inca, près de Lima, un squelette dont le crâne perforé par une balle. Guillermo Cock et ses collègues ont d’abord pensé à un squelette contemporain, avant de réaliser qu’il s’agissait bien d’un indigène datant du 16ème siècle. Sans doute un Inca qui participait à la rébellion de son peuple contre les armées de l’Espagnol Pizarro qui assiégeaient Lima en 1536. La balle du mousquet espagnol a percé l’arrière du crâne et est ressortie du côté du visage, selon les experts en médecine légale qui ont étudié ce squelette. Grâce à un microscope à balayage, des chercheurs de l’Université du Connecticut (USA) ont repéré des traces de fer autour du trou laissé par le projectile. Depuis 2004, les archéologues ont exhumé quelque 500 squelettes du cimetière de Puruchuco, situé dans la banlieue de Lima, la capitale péruvienne. Plus de 70 corps avaient été enterré simplement, sans les parures et les offrandes habituelles. Plus d’une trentaine de squelettes portent les marques de blessures sérieuses, de coups portés avec des armes en fer. Il pourrait s’agir de victimes des combats enterrées à la hâte. Les fouilles de Puruchuco sont en partie financées par la National Geographic Society, qui a publié ces informations