dimanche, octobre 07, 2007

Chili: la veuve, les enfants et anciens collaborateurs de Pinochet remis en liberté

[Cliquez sur la photo pour agrandir l'image]
Intérieur du Palais des Tribunaux de Justice Santiago, le Chili

La veuve de l'ancien dictateur chilien Augusto Pinochet, ses cinq enfants et seize anciens collaborateurs, placés en état d'arrestation jeudi pour détournement de fonds publics, ont recouvré la liberté samedi sur décision de la Cour d'appel de Santiago.

Les trois filles de l'ancien homme fort du Chili sont sorties de prison après versement d'une caution de 588 dollars, ce qui n'a pas été jugé nécessaire pour les deux fils, a indiqué le président de la cinquième chambre de la Cour d'appel, Juan Eduardo Fuentes.
La veuve Lucia Hiriart, 84 ans, se trouvait toujours à l'hôpital militaire de Santiago, où elle avait été admise pour des difficultés cardiaques après l'annonce de son placement sous écrous.

Le clan Pinochet avait été placé en état d'arrestation jeudi par le juge Carlos Cerda pour le détournement de 27 millions de dollars de fonds publics entre 1980 et 2004.

La présidente chilienne Michelle Bachelet, fille d'un général torturé à mort sous Pinochet (1973-1990), s'était aussitôt félicitée de la détermination de la justice à enquêter sur la corruption du régime militaire.

Mais le magistrat avait provoqué la stupeur vendredi en proposant que la veuve du général Pinochet, décédé le 10 décembre 2006, Lucia Hiriart, 84 ans, ses enfants et ses anciens collaborateurs, soient relâchés "faute d'éléments suffisants pour les maintenir en détention".

"L'empire du droit a été en partie restauré aujourd'hui", s'est réjoui samedi l'avocat Luis Pacull, défenseur d'un des fils Pinochet, Marco Antonio. A sa sortie, celui-ci a estimé que "le pays devait penser et analyser ce qui se passe".

Le juge Cerda a justifié son action en niant toute contradiction dans ses décisions et en estimant que "toute personne a le droit d'être en liberté pour faire face à des poursuites pénales".

"Il s'agit de la persécution politique la plus implacable de l'histoire du Chili, pas contre une personne ni un régime, mais une famille tout entière", a protesté Me Pablo Rodriguez, avocat de Lucia Hiriart.

"C'est un juge qui a soif de vengeance et de renommée personnelle", a dénoncé Maria José Martinez, petite-fille de l'ex-dictateur.

A la mort de Pinochet, M. Cerda avait déclaré: "en tant que juge, je me sens mal et plein de désillusions car l'Etat chilien a été incapable de faire éclater la vérité sur les accusations contre Augusto Pinochet".

Les cinq enfants Pinochet ont dormi deux nuits en prison: les deux fils Augusto et Marco Antonio au centre pénitentier Santiago 1 et les trois filles Lucia, Maria Veronica et la cadette Jacqueline à la prison des femmes de Santiago.

Les avocats de la famille avaient déposé jeudi une demande d'habeas corpus, estimant qu'on ne pouvait poursuivre pour détournement de fonds publics des personnes n'ayant occupé aucune charge au sein de l'Etat.

Le détournement avait été mis au jour en 2004 par une enquête du Sénat américain qui avait découvert une centaine de comptes détenus au nom de Pinochet et de sa famille, notamment au sein de la banque Riggs à Washington et ailleurs à l'étranger.