lundi, décembre 18, 2017

TOUT A COMMENCÉ SUR L’ÎLE DE ROBINSON


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

TOUT A COMMENCÉ SUR L’ÎLE DE ROBINSON 

En 1719, l’écrivain britannique Daniel Defoe donne naissance au personnage de Robinson Crusoé. Voyageur anglais, celui-ci fait naufrage sur une île située à l’embouchure de l’Orénoque, au Venezuela. Pour l’économiste Stephen Hymer, la vie qu’il se compose alors — chasse, agriculture et soumission de l’autochtone Vendredi — constitue une parfaite allégorie du mécanisme qui fonde le mode de production capitaliste : l’accumulation primitive.
par Stephen Hymer
le personnage solitaire de Robinson Crusoé a souvent inspiré les économistes : par ses qualités de robustesse, d’efficacité, d’intelligence et de frugalité, il incarnerait la capacité de l’espèce humaine à maîtriser la nature. L’épopée que raconte Daniel Defoe est pourtant également une histoire de conquête, d’esclavage, de prédation, de meurtre. Bref, de loi du plus fort. Que cet aspect-là du roman soit généralement occulté ne devrait pas nous surprendre puisque, comme l’observait Karl Marx, « dans les manuels béats de l’économie politique, c’est l’idylle (…) qui a de tout temps régné (1) ». Entre le Robinson Crusoé chéri par les économistes et celui du livre, il y a un gouffre aussi large qu’entre le libre-échange tel que l’enjolivent les manuels d’économie et sa réalité factuelle.






 SUR LE MÊME SUJET :