jeudi, août 29, 2019

VIDÉO. CHILI : LA CULTURE DE L'AVOCAT PRIVE LES HABITANTS D'EAU


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CAPTURE D'ÉCRAN

«VIDÉO. CHILI : LA CULTURE DE 
L'AVOCAT PRIVE LES HABITANTS D'EAU »
[ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ]

C'est le fruit star du moment, que l'on retrouve dans les sushis ou encore les bowls, symbole du manger sain. L'avocat s'est imposé dans nos assiettes en France, mais il vient le plus souvent de pays lointains comme le Chili. Là-bas, sa culture nécessite énormément d'eau alors que les habitants ne peuvent parfois pas y avoir accès. Des champs d'avocats à perte de vue s'étendent au pied des montagnes chiliennes, faisant le bonheur de très gros producteurs, comme Ernesto Molina.

Une région désertique qui abritait un immense fleuve


Et pas question pour lui de plaisanter avec sa production. Il est méticuleux, et a souhaité une culture biologique. Sauf qu'il faut 1 000 litres d'eau pour un seul kilo d'avocat. Une consommation colossale dans une bande de terre devenue désertique, alors qu'elle abritait un immense fleuve une dizaine d'années auparavant. Du coup, les villages alentour se voient imposer des restrictions d'eau, avec 50 litres autorisés par jour, et par personne. "Si les avocats ont de l'eau, pourquoi nous, les êtres humains, on ne peut pas avoir d'eau ? C'est une honte qu'aujourd'hui, au Chili, on nous laisse sans eau", s'indigne une habitante qui subit les restrictions.