vendredi, septembre 13, 2019

REPORTAGE. À SANTIAGO, LA FIN DES CINÉMAS PORNOS


 [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO THE CLINIC
Ouverts depuis plus de soixante-cinq ans, les deux derniers cinémas pornos du centre de la capitale chilienne ont fermé leurs portes avant l’été. Dans un pays très conservateur, ils étaient des lieux de rencontre prisés des homosexuels.
Courrier international
2014. EN ATTENDANT LA PROCHAINE
 SÉANCE AU NILO.
PHOTO ANDRES MARTINOLI
il est 16 heures ce vendredi quand les 34 spectateurs du Nilo et du Mayo sortent des deux salles de cinéma. La plupart de ces hommes, un peu perdus, ajustent leur pantalon et resserrent leur ceinture en jetant autour d’eux un regard vide. Seuls employés présents à cette heure, deux ouvreurs, pelle et balai en main, répètent inlassablement la même réponse : “C’est fini, on ferme !

mercredi, septembre 11, 2019

GRENOBLE : UN ATELIER D'ARPILLERAS À LA MÉMOIRE DES VICTIMES DE LA DICTATURE PINOCHET

À GRENOBLE, DES ÉXILÉS DU CHILI PROPOSENT DES
ATELIERS D'ARPILLERAS, À LA MÉMOIRE DES VICTIMES
DE LA DICTATURE DU GÉNÉRAL PINOCHET.
Le 11 septembre 1973, un coup d'État militaire mené par le général Pinochet renversait le gouvernement de Salvador Allende. Le Chili allait alors vivre l'une des pires dictatures d'Amérique du Sud. Beaucoup de Chiliens sont contraints à l'exil et certains d'entre eux sont accueillis à Grenoble.
Pour entretenir ce devoir de mémoire, des chiliennes exilées à Grenoble, conçoivent des Arpilleras. Ces tableaux colorés en tissu, typiques des pays d'Amérique du sud leur servent de moyen d'expression, un savoir-faire qu'elles essayent de transmettre.

Deux d'entre-elles, Nivia et Antonieta, organisent des ateliers de création d'arpilleras, un samedi par mois, à la Pirogue, le café associatif du quartier de l'Abbaye à Grenoble. Leur témoignage, dans ce reportage de Vincent Habran et Yves-Marie Glo.

vendredi, septembre 06, 2019

BRÉSIL.BOLSONARO GLORIFIE PINOCHET ET BLESSE MICHELLE BACHELET


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« BACHELET BASHING » 
Enervé par les critiques de Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’homme à l’ONU, Jair Bolsonaro a ironisé sur le passé douloureux de la famille de l’ancienne présidente du Chili sous la dictature.
BOLSONARO TERMINATOR
PAR ALEX FALCÓ CHANG
Jair Bolsonaro a la répartie cinglante, il l’a encore  montré ces derniers jours en répondant plus que vertement aux critiques exprimées par Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU et ancienne présidente du Chili (jusqu’en 2018). Le président brésilien a évoqué la dictature chilienne (1973-1990) comme un sauvetage, relate Folha de São Paulo :
«  [Mme Bachelet] oublie que son pays n’est pas Cuba grâce à ceux qui ont eu le courage de battre la gauche en 1973, et notamment, parmi ces communistes, son père (…)  »

mercredi, septembre 04, 2019

LES HÉROS DE SEPTEMBRE 1973


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    SALVADOR ALLENDE              PABLO NERUDA                 VICTOR JARA
NOUS, NOUS HONORONS LES HÉROS CÉLÈBRES 
ET ANONYMES TOMBÉS EN SEPTEMBRE
QUARANTE-SIXIÈME ANNIVERSAIRE DU COUP D'ÉTAT AU CHILI 
1973 -SEPTEMBRE- 2019
Alors que le monde entier (ou presque) commémore les attentats de New-York le 11 septembre 2001, certains oublient que le 11 septembre, c'est aussi le coup d'État au Chili... En 1973. 
Le 11 septembre 1973, donc, Salvador Allende, président socialiste chilien élu démocratiquement en 1970, est renversé par une junte militaire dirigée par le Général Pinochet.

Au cours de l'assaut, le chef de l'État se suicidera et la CIA installera le militaire au pouvoir.

Une autre façon de parler du 11 septembre.

EN MARCHE FORCÉE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LE FÉMINICIDE


lundi, septembre 02, 2019

MORT DU SOCIOLOGUE AMÉRICAIN IMMANUEL WALLERSTEIN, FIGURE DE L’ALTERMONDIALISME

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir
IMMANUEL WALLERSTEIN NOUS A QUITTÉS
Le chercheur à l’université de Yale, économiste, historien et sociologue engagé à gauche, était l’un des pionniers des études sur les effets de la mondialisation. 
 IMMANUEL WALLERSTEINEN 2008.
ALEXEI KOUPRIANOV / CC BY-SA 3.0
Le sociologue américain Immanuel Wallerstein, considéré comme l’une des figures tutélaires du mouvement altermondialiste et connu pour ses travaux menés dans la lignée de l’historien Fernand Braudel, est mort dimanche 31 août à l’âge de 88 ans.

COUVERTURE DU
 « LECOMPRENDRE LE MONDE  »
« Nous avons appris hier avec tristesse la mort d’Immanuel Wallerstein, créateur et principal instigateur de la “sociologie historique” des États-Unis, décédé le dimanche 31 août. Marxiste hétérodoxe, il avait développé une lecture propre du capitalisme et de son développement », ont indiqué lundi les éditions La Découverte sur leur compte Twitter. « Nous sommes fiers d’avoir contribué à faire connaître au lectorat francophone cet auteur extrêmement original dont l’œuvre immense restera», a ajouté l’éditeur français.

Chercheur à l’université de Yale aux États-Unis, économiste, historien et sociologue, professeur dans plusieurs universités, Immanuel Wallerstein a été notamment directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris.

Marchandisation des choses


COUVERTURE DU
 « LE CAPITALISME HISTORIQUE »
Francophone, il avait commencé sa carrière de sociologue au milieu des années 1950 en s’intéressant à l’Afrique de l’ouest post-coloniale. Il fut l’un des premiers à anticiper l’aggravation du conflit Nord-Sud en pleine période de guerre froide.

Il avait notamment mis au point le concept de « système-monde » (dans la lignée du concept d’«économie-monde » de Braudel) et, à ce titre, il était l’un des pionniers des études sur les effets de la mondialisation. Intellectuel engagé à gauche, il a ainsi participé à des rassemblements altermondialistes comme le Forum social mondial de Porto Alegre, en 2001.

COUVERTURE DU 
« RACE, NATION, CLASSE  »
Selon Wallerstein, l’un des effets de l’expansion du «système-monde » est l’augmentation continuelle de la marchandisation des choses, y compris de la main-d’œuvre humaine.

Parmi ses principaux ouvrages traduits en français (tous aux éditions de La Découverte), on peut citer Comprendre le monde, Le Capitalisme historique ou encore Race, nation, classe, écrit avec le philosophe Etienne Balibar.

Immanuel Wallerstein commentait régulièrement l’actualité sur son blog. Son dernier billet remontait au 1er juillet et le sociologue expliquait que ce serait le dernier. « Personne ne vit éternellement, et il est impossible que je continue à faire ces commentaires beaucoup plus longtemps », écrivait-il.

dimanche, septembre 01, 2019

ALEXANDER VON HUMBOLDT, POUR L’AMOUR DE LA SCIENCE



[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

ILLUSTRATION DE PIERLUIGI LONGO, ITALIE
En 1799, le naturaliste et géographe allemand entreprend un périple de cinq ans en Amérique du Sud. Il en revient avec le statut de héros – et une conception révolutionnaire du monde qui nous entoure.
ALEXANDER VON HUMBOLDT ET
AIMÉ BONPLAND, ÉQUATEUR, 1801
(SOURCE: BIBLIOTHÈQUE DU
MUSÉE BOTANIQUE DE BERLIN)
Courrier international
Lorsqu’il se met en route, le 23 juin 1802, pour faire l’ascension du Chimborazo, Alexander von Humboldt [1769-1859] débute une expédition destinée à entrer dans l’histoire. Le Chimborazo est alors considéré comme la montagne la plus élevée sur Terre et personne n’a jamais atteint son sommet. Accompagnés de trois guides indigènes portant leurs instruments, Humboldt et ses deux compagnons de voyage sont néanmoins déterminés à braver le froid des hautes altitudes et à gravir les 6 263 mètres du volcan équatorien.

L’ascension est tellement difficile que l’explorateur allemand écrit à son frère : “Les Indiens qui nous accompagnaient sont partis, déclarant que nous essayions de les tuer. Nous étions donc seuls, Bonpland, Carlos de Montúfar, moi et un de mes serviteurs qui portait quelques-uns de mes instruments.”

Ce n’est toutefois pas l’épuisement, ni la neige ni le manque de vêtements ou d’équipement appropriés qui les empêchera d’atteindre le sommet mais une immense crevasse. Malgré la raréfaction de l’oxygène et leurs membres ankylosés, les explorateurs parviendront à 5 900 mètres d’altitude, selon les calculs d’Humboldt. Qu’importe si le Chimborazo est plus tard détrôné par l’Himalaya [en tant que plus haut sommet du monde] ; aucun être humain n’a jamais atteint une telle altitude. Leur record va rester imbattu pendant trente ans.

Vénézuéla : 1799 – 1800



Alexander von Humboldt n’aurait même pas songé en rêve à de telles prouesses au moment où il quittait l’Espagne et le port de La Corogne, le 5 juin 1799, en compagnie du botaniste français Aimé Bonpland. Outre leurs vêtements et leurs couchages, les deux hommes embarquent des dizaines de caisses remplies d’instruments – parmi lesquels plusieurs télescopes, un sextant, un quadrant, une aiguille de 12 pouces, des compas, un pendule, des baromètres, plusieurs thermomètres, deux électromètres, un microscope, un hygromètre et un cyanomètre pour mesurer le bleu du ciel.

Après une escale sur l’île de Tenerife, dans les Canaries, leur navire jette l’ancre au large de Cumaná, au Venezuela, au bout d’une traversée de quarante et un jours. On imagine le soulagement des aventuriers en voyant enfin apparaître la terre ferme. Ils ont survécu à la traversée de l’Atlantique, mais déjà à l’époque il y a des questions d’immigration à régler, les forçant à patienter encore quelques heures avant d’obtenir le feu vert des officiers du port. Ils devaient avoir hâte de poser le pied sur le sol américain.

Ne pouvant contenir son émerveillement, Humboldt écrit à son frère, Wilhelm :
“ De quelles couleurs se parent les oiseaux, les poissons et même les crabes (bleu ciel et jaune) ! Jusqu’à présent, nous avons erré comme des sots ; nous n’avons rien pu identifier durant les trois premiers jours, un objet étant vite mis de côté pour en examiner un autre. Bonpland m’assure qu’il va devenir fou si ces merveilles n’en finissent pas. Pourtant, plus somptueuse encore que ces petits miracles individuels est l’impression générale que produit cette végétation puissante, luxuriante et pourtant si douce et enivrante. ”
Au Vénézuéla, les explorateurs découvrent également les horreurs de l’esclavage. Humboldt en est profondément choqué et dénoncera plus tard cette pratique comme étant sans le moindre doute “le pire fléau affligeant l’humanité”.

Après avoir passé plusieurs mois à Cumaná et Caracas ainsi que dans leurs environs, Humboldt, alors âgé de 30 ans, part pour sa première grande expédition : l’exploration du haut Orénoque à bord d’un large canot et accompagné de Bonpland, d’un chien et de rameurs indiens – ainsi que ses instruments. Leur périple va durer soixante-quinze jours et s’étendre sur 2 250 kilomètres à travers des territoires sauvages essentiellement inhabités et une jungle peuplée de crocodiles, d’impressionnantes anguilles électriques, de boas et de jaguars – le tout ponctué de descentes de rapides dans une atmosphère chargée d’humidité et avec la faim qui tenaille les entrailles. Les hommes boivent l’eau de la rivière et se nourrissent de riz, de fourmis, de manioc et à l’occasion de viande de singe. Jour et nuit, la forêt résonne de bourdonnements et de cris d’animaux.

Au fil de leur expédition, ils rencontrent des missionnaires espagnols et des tribus indigènes ; ils collectent des milliers d’échantillons de plantes, prennent des notes et dessinent des croquis d’animaux malgré leurs doigts et leurs visages boursouflés par les piqûres de moustiques. À propos d’une courte étape, Humboldt écrit à un ami :
“ Il est presque impossible d’écrire pendant la journée. Le poison de ces insectes est si douloureux que l’on ne peut tenir la plume dans sa main. Tout notre travail s’effectue au coin du feu dans la partie d’une hutte indienne abritée du soleil et à laquelle on ne peut accéder qu’en rampant à plat ventre. Là, l’air saturé de fumée est presque irrespirable mais on souffre moins des moustiques.”
CARTE RÉVOLUTIONNAIRE DE
HUMBOLDT DU FLEUVE ORÉNOQUE
Les explorateurs vivent dans des conditions épouvantables mais au terme de ce périple éreintant, Humboldt est en mesure de confirmer l’existence du canal de Casiquiare, reliant l’Orénoque à l’Amazone. Bien qu’il n’en soit pas le découvreur, Humboldt en fera connaître la position exacte à travers ses lettres et ses cartes. C’est aussi l’un de ses premiers hauts faits d’explorateur.

Les Andes : 1801-1803


LE PONT SUSPENDU PRÈS DE PENIPE, ÉQUATEUR EN 1802
Après un séjour à Cuba, les aventuriers retournent sur le continent. Arrivés à Bogota le 6 juillet 1801, ils font la connaissance de José Mutis, le naturaliste le plus réputé des colonies espagnoles. Mutis possède une immense collection botanique et Humboldt est impressionné par ses connaissances, sa bibliothèque et son équipe d’artistes dessinateurs. Ce sont les travaux de Mutis qui inspireront à Humboldt ses célèbres herbiers et planches botaniques.

Au bout de deux mois, Humboldt met le cap sur les Andes, la chaîne de montagnes – encore peu explorée à l’époque – qui traverse plusieurs pays d’Amérique latine. Lorsqu’il arrive à Quito en janvier 1802, la ville est en piteux état, dévastée par un puissant séisme. Les habitants y vivent toutefois bien et la ville attire les voyageurs. Les explorateurs passent huit mois dans la province, multipliant les expéditions pour escalader, dessiner et mesurer des volcans comme le Pichincha et le Cotopaxi avant de s’attaquer au plus majestueux d’entre eux : le Chimborazo.

Humboldt et ses compagnons poussent ensuite vers le sud jusqu’au Pérou, où ils découvrent des ruines incas ainsi que les restes d’un mammouth. Ils en rapportent également les premiers échantillons de guano, un engrais riche en azote composé d’excréments d’oiseaux ou de chauves-souris.

En septembre, Humboldt réalise un de ses rêves en contemplant pour la première fois l’océan Pacifique. Depuis Lima, ils remontent ensuite la côte en bateau jusqu’au Mexique. À bord, Humboldt prend des notes détaillées sur le courant froid qui remonte le long de la côte péruvienne. Aujourd’hui, ce courant n’influe pas seulement sur le climat de la planète en faisant remonter des eaux froides, il porte également le nom de l’explorateur.

Mexique : 1803 – 1804


ALEXANDER VON HUMBOLDT ET AIME BONPLAND À LA
CASCADE  DE REGLA  AU MEXIQUE EN 1803,
TIRÉ DE SON LIVRE « VUES DES CORDILLÈRES ET MONUMENS
 DES PEUPLES INDIGÈNES DE L'AMÉRIQUE»
Les explorateurs parviennent à Acapulco le 22 mars 1803 et se dirigent vers Mexico, de loin la plus grande ville d’Amérique latine à l’époque. Au Mexique, Humboldt se montre moins intéressé par la flore et les courants marins que par les ruines antiques, les peuples indigènes et les documents d’archives parlant de la population, de la production agricole, de l’industrie minière et de l’histoire.

Au cours de son voyage, Humboldt étudie plusieurs langues et en découvre la richesse et la complexité. Il dénombre 35 langues parlées au Mexique. Alors qu’il remontait l’Orénoque, il a appris que près de 200 langues différentes sont parlées dans la région. Bien qu’il parle lui-même au moins quatre langues couramment, il écrit : “Combien de fois ai-je admiré le talent des Indiens, qui parlent sans peine trois ou quatre de ces langues.

Humboldt l’Américain


Après avoir sillonné le Mexique, les explorateurs retournent à Cuba trier leurs collections et préparer leur voyage de retour. Au lieu de rentrer directement en Espagne, Humboldt décide toutefois de faire, en 1804, une dernière étape aux États-Unis. Il est probable qu’il ait surtout voulu éviter d’embarquer à bord d’un bateau appartenant à la couronne espagnole, de nouveau en guerre contre l’Angleterre [un conflit dans lequel est aussi impliquée la France de Napoléon Bonaparte et qui va déboucher, en 1805, sur la déroute de la flotte franco-espagnole lors de la bataille de Trafalgar]. Les navires de guerre et les pirates écumaient les océans et Humboldt devait craindre qu’il n’arrive malheur à ses précieux échantillons. Quelle qu’en soit la raison, il met le cap sur Philadelphie.

Le président Jefferson vient tout juste de conclure [avec la France] le contrat de vente de la Louisiane, qui double quasiment la surface du pays. Il souhaite avoir des données et des chiffres sur sa récente acquisition. Pourvu de lettres de présentation et d’une invitation à Washington, Humboldt est le candidat idéal pour dresser des cartes détaillées et ramener des informations sur ces nouveaux territoires. Les deux hommes se lient d’amitié – qu’ils cultivent jusqu’à leur mort. Humboldt découvre un pays qui a rejeté l’autorité de son roi, une véritable terre de démocratie. Même s’il n’y reste pas longtemps, Humboldt tombe sous le charme de la jeune nation et se dira plus tard “à moitié américain”.

Il est toutefois temps de rentrer et au bout de six semaines, Humboldt lève l’ancre pour l’Europe.

Le bilan


L’expédition d’Humboldt a duré en tout cinq ans et deux mois. Avant son départ, il avait écrit à ses banquiers berlinois ce qu’il espérait accomplir :
“ Je collecterai des plantes et des animaux, mesurerai la température, l’élasticité, la force magnétique et électrique dans l’atmosphère, je déterminerai des longitudes et latitudes et je mesurerai des montagnes. Mais là n’est pas le but premier de mon voyage. Mon seul réel dessein est d’étudier l’interaction et l’interconnexion des forces de la nature et les influences qu’exerce l’environnement sur la vie végétale et animale. ”
ALEXANDER VON HUMBOLDT EXPLORANT
“VOLCANS D'AIR DE TURBACO” , EN COLOMBIE, EN 1801
 
Il atteint son but et bien plus encore. Alors qu’il n’a pas réellement de plan, le destin le conduit de la chaleur étouffante de la jungle aux sommets enneigés des montagnes. Il traverse l’équateur à deux reprises, passe près de seize mois dans ce qui est aujourd’hui le Venezuela ; il explore le fleuve Orénoque, reste vingt-deux mois en Colombie et dans les Andes et près d’un an au Mexique.

Alexander von Humboldt n’a pas été le premier savant à parcourir l’Amérique latine, mais il est le seul à payer la totalité de ses dépenses avec ses propres deniers. Grâce à ses relevés détaillés et ses centres d’intérêt multiples, il a accompli l’un des plus grands voyages d’exploration jamais réalisé.

Grâce à ses nombreux notes et carnets, il va ensuite digérer, trier et publier les résultats de son expédition au cours des années suivantes. Ses livres regorgent d’une telle multitude d’informations, de chiffres, d’illustrations et de cartes qu’ils vont changer le point de vue des Européens sur les colonies.

Après la publication de ses travaux, personne ne peut affirmer que le continent américain est inférieur à l’Europe [et que les populations indigènes appartiennent à des civilisations arriérées, appelées à disparaître devant l’avancée du progrès — une croyance alors répandue sur le Vieux Continent]. Sa nature est luxuriante et pleine de ruines antiques laissant deviner le passé de civilisations brillantes. L’avenir de cette région du monde semble radieux et les travaux d’Humboldt contribuent à donner confiance en eux-mêmes à ses habitants. C’est pour cette raison que le célèbre libérateur sud-américain Simón Bolívar le considérait comme le véritable “découvreur du Nouveau Monde”.
Timothy Rooks

FEMME EN FEU: «EMA» DE LARRAIN RACONTE L'HISTOIRE DE LA LIBÉRATION

  [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
AFFICHE DU FILM
VENICE, Italie (Reuters) – L'actrice de télévision chilienne Mariana Di Girolamo suit le rythme du reggaeton dans le film "Ema" de Pablo Larrain, son premier long métrage sur une femme en quête de découverte de soi alors que sa vie de famille s'effondre .
FILM «EMA»
Situé dans la ville portuaire chilienne de Valparaiso, Di Girolamo et l'acteur mexicain Gael Garcia Bernal jouent le couple marié Ema et Gaston, danseur et chorégraphe d'une troupe de danse expérimentale.

samedi, août 31, 2019

CHILI: LE BOOM DES ÉNERGIES RENOUVELABLES

 Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
 PHOTO ARIEL CRUZ PIZARRO
[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
CHILI: LE BOOM DES ÉNERGIES RENOUVELABLES 


RFI:RADIO FRANCE INTERNATIONALE
 

ÉMISSION «CHRONIQUE TRANSPORTS», 
 « CHILI: LE BOOM DES ÉNERGIES RENOUVELABLES »   
PAR JUSTINE FONTAINE,  
DIFFUSION SAMEDI 31 AOÛT 2019
la part d’énergies renouvelables dans la consommation électrique du Chili est passée de 7 à 20% en l’espace de cinq ans à peine. Et le métro de Santiago fait encore mieux, car, depuis presque un an, 60% de l’électricité qu’il utilise provient de l’énergie solaire ou éolienne. Un record parmi les grands réseaux de métro à travers le monde. Reportage

EN MARCHE FORCÉE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CROISSANCE, RETRAITES, CHÔMAGE... 
LA RENTRÉE ÉPINEUSE DU GOUVERNEMENT 

vendredi, août 30, 2019

MOBILISATION AUTOUR DES VICTIMES DE DISPARITIONS FORCÉES


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

 «  ET SI C'ÉTAIT L'UN DES TIENS ?  
/ OÙ SONT-ILS?  »
ILLUSTRÉE PAR UNE IMAGE DE BANKSY

PROJECTIONS SUR LA FAÇADE DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE SANTIAGO
ILLUSTRÉE PAR UNE IMAGE DE BANKSY
PHOTO EL MOSTRADOR
Ce 30 août, à l'occasion de la Journée internationale des victimes de disparitions forcées, partout dans le monde des personnes se mobilisent contre cette atteinte aux droits de l'homme, qu'elle soit le fait d’États ou celui de groupes politiques ou mafieux. De nombreuses familles sont toujours démunies face à ces disparitions.
 «  ET SI C'ÉTAIT L'UN DES TIENS ?  
/ OÙ SONT-ILS? »
ILLUSTRÉE PAR UNE IMAGE DE BANKSY
C'est suite à une réflexion engagée par l'ONU sur la recrudescence des enlèvements forcés dans de nombreux pays dans le monde que cette journée a été instaurée en 2011. Il s'agit d'apporter un soutien aux familles touchées par ce phénomène et de dénoncer les stratégies de terreur qu'il sous-tend. «Le sentiment d’insécurité résultant de cette pratique touche non seulement les proches de la personne disparue mais aussi leur communauté et l’ensemble de la société », rappelle le texte de l'ONU.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SUR LE MÊME SUJET :

ALEXANDER VON HUMBOLDT, LE PREMIER GÉNIE UNIVERSEL


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PORTRAIT DE ALEXANDER VON HUMBOLDT (1769-1859).
 PEINTURE DE FRANCISCO FONOLLOSA, NON DATÉE. 
PHOTO PRISMAARCHIVO/LEEMAGE.
Né le 14 septembre 1769, il y a 250 ans, le scientifique allemand a été, à plus d’un titre, l’un des grands précurseurs de la mondialisation.
Courrier international
DIE ZEIT, 
UNE DU 25 JUILLET 201
Lu et admiré par Darwin, Alexander von Humboldt était un scientifique comme seul pouvait en produire le XIXème siècle, un esprit curieux et insatiable, un grand voyageur, un touche-à-tout de génie. Zoologie, chimie, physique, vulcanologie, botanique, océanographie, ethnologie et même géopolitique… La liste est longue des disciplines dans lesquelles il s’est illustré. “Mais on oublie souvent qu’il était aussi un inventeur”, souligne la Süddeutsche Zeitung. On lui doit le concept des isobares et des isothermes, toujours utilisé en météorologie. Il avait également
ALEXANDER VON HUMBOLDT ET 
AIMÉ BONPLAND DANS L'ORÉNOQUE
PHOTO DPA
mis au point une encre indélébile (raison pour laquelle les carnets de son périple sur l’Orénoque sont encore lisibles aujourd’hui, ma
lgré le naufrage dont il a été victime sur le fleuve vénézuélien lors de son expédition en Amérique latine) et un lointain prototype de masque à oxygène, pour mieux respirer en haute altitude.
Lire la suite
  [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
ALEXANDRE VON HUMBOLDT, ACCOMPAGNÉ
AU PIED DU CHIMBORAZO
(PEINTURE DE FRIEDRICH GEORG WEITSCH)
PHOTO AKG-MAGES
.