samedi, février 02, 2008

NÉCROLOGIE DE VOLODIA TEITELBOIM VOLOSKY

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PORTRAIT DE LA FAMILLE TEITELBOIM, VOLODIA À GAUCHE PRÈS DE SES FRÈRES MIGUEL ET SERGIO, DE SA MÈRE SARA ET SA SŒUR ANNA.

Homme politique et écrivain chilien, Valentín Teitelboim Volosky est né le 17 mars 1916 dans la ville de Chillán au sud du Chili.


Fils d'immigrants juifs venu de l’Europe de l’est, son père Moïse Teitelboim Kraitzer, d’origine ukrainienne, et sa mère Sara Volosky Blank, d’origine moldave. Valentín Teitelboim est un auteur prolifique, passant de la poésie au roman, de l’essai à la critique littéraire. C'est un des plus notables mémorialistes de sa génération. Il est sans doute l'intellectuel chilien le plus connu.


Sa famille a déménagé à Talca et par la suite à Curicó, villes où il a réalisé ses études primaires et secondaires, et collaboré dans les Sociétés littéraires respectives.


Il a fait des études de Droit à l'Université du Chili, et à la même époque il a commencé à militer dans les Jeunesse communistes. A la fin de ses études universitaires il a soutenu un mémoire «L'aube du capitalisme et La conquête de l'Amérique» afin d’obtenir le diplôme d’Avocat.


Valentín Teitelboim, plus connu comme Volodia Teitelboim, a été marié à Raquel Weitzmann, avec qui il a élevé le fils de cette dernière Claudio Teitelboim. Cependant, en 2005 Claudio Teitelboim a découvert que son père biologique était l'avocat Álvaro Bunster.


Divorcé de Raquel Weitzmann, Volodia se remarie avec Eliana Farías avec laquelle il a une fille, Marine Teitelboim.


Il fut représentant de son Parti à des Congrès dans divers pays, tels que la France, la Martinique, la Bolivie, l'URSS, la Hongrie et l’Autriche.


Il assura les fonctions d’avocat dans diverses institutions publiques.


En même temps, il a travaillé comme journaliste pour les hebdomadaires le « Front Populaire », et « El Siglo », ainsi que dans les revues «Qué hubo en la Semana » ("Que s'est-il passé dans la Semaine") et «Aurora» «Aurore» , tout en étant le directeur des deux publications.


En 1961 il a est élu député dans les villes de Valparaiso et Quillota, pour la période de 1961 à 1965, puis il est élu sénateur pour Santiago par deux périodes consécutives. Il assura ce poste pour la dernière fois en mars 1973, charge interrompue par le coup d’Etat du 11 septembre 1973, qui a ordonné la dissolution du Congrès National par un décret de Loi du 21 septembre 1973.


Dans le domaine culturel et intellectuel, il a aussi une ample trajectoire: À 19 ans il a publié son premier livre, avec le poète Eduardo Anguita. En octobre 1931 il a gagné le concours des «Jeux floraux» de poésie.


Dans la décennie de 1950, il publiait régulièrement des articles dans la revue « l'Aurore », ouverte à la pensée critique de l'époque, et qui a servi de tribune à des écrivains remarquables. Il fut élu secrétaire général du Congrès Continental de la Culture, effectué à Santiago, en 1953.


Le coup militaire l'a surpris hors du Chili. Depuis lors, il a vécu en se déplaçant dans divers pays et continents. Durant une décennie et demie il a résidé en Europe, spécialement à Moscou, sans nationalité, puisque la Junte Militaire lui a enlevé sa condition de Chilien. Il est resté apatride jusqu'à son retour légal au pays en 1988.


Pendant son exil, il collabore dans la presse européenne et latino-américaine. A Moscou il maintient pendant 15 ans un espace bihebdomadaire à la Radio dans le programme «Écoute Chili» (« Escucha Chile »), destiné à l'Amérique latine. Il dirige la revue culturelle, « Araucaria de Chile », publié trimestriellement à Madrid pendant douze ans, un lien d'union pour la diaspora intellectuelle chilienne postérieure au coup d'État militaire de 1973.

Volodia Teitelboim est décédé le jeudi 31 janvier 2008 à 19 heures, à l'Hôpital Clinique de l'Université Catholique , à Santiago du Chili. Ses obsèques ont eu lieu samedi 02 février 2008 à midi dans le Cimetière Général de Santiago.