samedi, septembre 08, 2007

FUNA À EDWING DIMTER BIANCHI

EDWIN DIMTER BIANCHI ASSASSIN PRÉSUMÉ DE VÍCTOR JARA

Funa à Edwing Dimter Bianchi, Santiago du Chili, le 24 mai 2006, lieutenant au stade Chili en 1973 imputé du meurtre du chanteur, auteur et compositeur populaire chilien Víctor Jara.

LA FUNA du mapudungun langue des indiens mapuche (funa, pourri) a pris la connotation de « qui est en ruine, qui tombe en ruine, qui se décompose ».
La Funa consiste à « rendre visite » aux criminels et tortionnaires chez eux ou sur leur lieu de travail, en faisant beaucoup de bruit, avec des affiches, des banderoles et des tracts sur lesquels figurent le parcours du « funado ». C’est a dire une dénonciation publique, face-a-face..

Les participants expliquent alors aux voisins ou aux camarades de travail ce qu'a fait cet individu.

LA FUNA existe pour vaincre l'oubli, dépasser l'indifférence sociale, en finir avec l'impunité et contribuer à la Vérité, la Justice et la vraie Démocratie.

POUR TOUS LES TORTIONNAIRES ET ASSASSINS
NI OUBLI, NI PARDON.
S'IL N'Y A PAS DE JUSTICE, IL Y A LA "FUNA".